TAOÏSME ( Philosophie et Religion - Forum )

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Admin
Messages : 54
Date d'inscription : 20/07/2017
Age : 15
Localisation : Le Havre (FR)

~ ~ ~
Ce membre est: Proche du Zhuangzi
Voir le profil de l'utilisateurhttp://taoisme.forumactif.com

Les Oeuvres des Membres

le Mar 1 Aoû - 14:53


Si vous aimez écrire je vous propose de partager ici vos œuvres quelles qu'elles soient  Wink .
Cela offrira une lecture nouvelle et une écriture nouvelle à un taoïsme qui de nos jours tombe peut-être dans l'ombre.
 Yin & Yang  Merci



_________________
"Le vent roule sur la mer, on rit. Le feu glisse dans l'air, on vit.
Le flot des mutations coule, on passe pour trépasser. La voie est suivie et je m'en saoule, on rêve de la vérité."


- VIVRE IVRE, CAR IVRE DE VIVRE -
avatar
Messages : 19
Date d'inscription : 22/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Les Oeuvres des Membres

le Mer 23 Aoû - 21:19
Ô amour, ultime force mystérieusement
Tu attires les êtres les uns envers les autres
Ma rime venu de france mise sérieusement
Sur les humains qui deviendraient ses apôtres


Ô amour, mon cœur commence à devenir lourd
Malgrès ce pain que je porte tel un boulanger
Ô amour, car ce cœur bouillant est comme un four
Je n'ai grâce à toi plus peur de me sacrifier

Quel est donc cet enivrement mirobolant ?
Qui mettra fin à cet enrichissement
des uns au détriment de purs êtres vivants
Qui seul nous recentrera sur l'instant présent

Ô amour, redevenons de petits enfants
car voici venu le temps du basculement
Ou on va se mettre à réfléchir comme avant
Il va falloir revenir au commencement

Car ces poèmes sont la sagesse des anciens
Ou l'on apprend qu'il faut aider ceux qui n'ont rien
Ô amour, avons nous vraiment évoluer ?
Si nous ne sommes pas capable d'aller aider

Ô amour, on a tous connu toutes ces galères
Qui nous donnent, plus que pleurer, envie de mourir
Oh la mort, face à toi on est tous des frères
Comprenez le ou attendez vous au pire

Bien que l'apocalypse ait été annoncé
Mine de rien, les gens continuent à avancé
Dans la voie du racisme, du manque de respect
De la haine, du mal, donc de la stupidité

Ô amour, je viens te crier mon desespoir
Pourquoi faut-il que le destin soit si noir ?
Il va falloir redécouvrir l'ancien savoir
Et un peu s'arrêter de trop s'y croire

Malgrès le fait que l'existence soit merveilleuse
Sâchez que nous ne sommes pas au paradis
Des humains sont nourris à l'eau et au riz
Pendant que d'autre trouve leur vie ennuyeuse

On pourrait tous choisir de suivre l'abbé Pierre
Je vous lance alors cette ultime prière
Aller aider les SDF s'il vous plait
Enfin vous pourrez ressentir une vrai fierté

Ô amour, pourquoi sommes nous si égoiste ?
Est-ce du capitalisme la règle ?
Sont-ce ces souffrances qui nous aveugles ?
Suivons désormais la sagesse, la voie, la piste

Ô amour, change la donne du destin étroit
Dans lequel dans un arbre nous fonçons tout droit
Et met un terme à toutes ces langes de bois
Donne moi la force de me battre pour toi

Ramène le soleil pour que la pluie cesse
Pour qu'enfin ces maudites larmes disparraissent
et qu'on puisse apprécier cette infinie joie
De prendre conscience qu'on vie et qu'on vivra

Ô Amour, peux-tu me dire simplement pourquoi ?
Faut-il qu'en Dieu nous ayons perdu la foi ?
Que nous nous soyons mit à rechercher l'argent ?
Alors que ce n'est qu'une perte de temps

Ô Dieu, Ô Amour, face à ce destin odieu
Comment pourrais-je devenir pieu
Moi qui me laisse aller à la flotte, à la drogue
Comment pourrais-je naviguer ma pirogue ?

Ce navire splendide qui jamais ne fait défaut
Ce chavire unique qui me fait voler si haut
Qui me réchauffe et me donne de la force
Malgrès les tempêtes qui gèlent son écorce

Ô amour, ô mon Dieu, moi petite goutte
Je ne suis que ton reflet
Ô océan, cette polution me dégoutte
Elle nous salit en effet

Ô Dieu, Ô Amour, sans moi tu n'existerai
Car sans goutte d'eau il n'y a pas d'océan
Bien sur ô mon Dieu sans toi je ne vivrai
Car sans toi il resterait juste le néant

Cette eau qui nourrit tout le monde,
Même l'être le plus immonde
N'est autre que Ton avatar
Même enfermé dans cette jarre

Ô amour, brusquement tu m'es tomber dessus
Avec grande douceur tu m'as ouvert les yeux
Ô amour, si souvent j'ai été déçu
De voir toute la souffrance imposé par Dieu

Ô amour, tu as remplie mon âme de paix
avant même que je ne te le demande
Ô amour, tu m'as appris ce qu'est le respect
ainsi que penser plus partage que rendement

Ô Dieu, je sais que tu fais souvent la prière
Pour que l'humain te suive
Ne perd pas la foi afin que l'espoir d'hier
à jamais nous arrive

Ô Dieu, Ô Amour, veux-tu bien me pardonner
D'avoir commis ces péchés
Ô Amour, à toi désormais de t'excuser
De m'avoir souvent blessé

Ce ne sont pas mes poèmes qui blasphèment
Mais plutôt les saints écrits
Qui nous font oublier que toi Dieu tu aimes
Nous autres humains tout petits

Ô Dieu, j'éspère que tu seras rassasier
De l'amour que je te donne
La jalousie étrangle notre gosier
Il faudra être économe

Cet univers incroyablement infini
Nous ramène à notre petitesse
Mais n'oublions pas que nous ne sommes pas fini
Car de Dieu nous tenons la Sagesse

Face à ce cosmos d'une puissance éternelle
Redevenons plus humble
Nous ne faisons que visiter jusqu'à l'appel
Nous avançons dans l'ombre

Profondément enfoui dans ce puit merveilleux
Nos souvenirs se brassent, tumulte éffroyable
Soudain le calme à la surface ; incroyable
Enivrement qui nous envoi vers les cieux

Envahi par cette fureure du désir
Envoûter par cette mystérieuse puissance
Nous nous y laissons aller sans craindre le pire
Nous sommes aveuglés par une sorte de démence

Tourmentés par ce manque glaçant
On s'offre de multiples plaisirs
Sans vraiment bien comprendre pourtant
Que seule la paix mène au sourir

Si on marche pied nu sur la voie
On risque de s'esquinter
Si on met les souliers adéquat
Nos pieds seront libérés

Les pieds liés par l'éternité
Ne peuvent plus avancer
C'est en s'arrêtant qu'on prend le temps
De mieux regarder pourtant

Si on s'habitue à ces chaussures
On risque de se perdre
Car marcher pied nu c'est la nature
on dit que l'un est l'être

On dit aussi que l'un est l'autre
C'est pourquoi s'aimer soi-même
c'est aussi aimer les autres
Ne leur faisons pas de la peine

Emerveiller face à la nature,
le sage est vraiment un sot
Malgrès le nombre de ses lectures
Il sait qu'il sort du berceau

Ô amour, toi le moteur de nos mouvements
agit invisiblement
à Dieu tu ressembles un peu
Grâce à toi je me sent mieux

Malgrès ta lumière éblouissante
Que tu partages à chacun
L'humain trouve l'obscurité ravissante
Et persévère en son sein

Quel est cet obscur raisonnement
Qui ne parvient qu'à lui-même
Ces lumières mélodiquement
Atteignent le cœur qu'il aime

Le retour à la Racine
Est tellement sublime
Qu'autrui croit qu'on hallucine
Et tombe dans les abimes

Prêt pour cette nuit sensationelle ?
Tentons de se concentrer
Car ce désir ardent sensuel
Risque de nous perturber

La femelle, aimanté par la virilité
S'agite comme une gazelle
Le mâle, par la femelle puissamment aspiré
Se fait absorber par elle

Pourvu que ça dure l'éternité
Cette étreinte et ces baiser
Ces incursions perpétuelles
Nous envoyent au septième ciel

L'un encore divisé
Cette nuit était mortelle
Et donna un nouveau-né
Hâte qu'à nouveau on s'emmêle

Cette extase de fusion
de retrouver l'UN
est perçue comme illusion
ce n'est que Divin

Il faut réfléchir avec le cœur
Pour avoir la vérité
Essayer de ne plus avoir peur
Afin de la pratiquer

Qu'est-ce donc que la folie
Face à cette générale hérésie ?
Comment peut-on s'en sortir
Alors qu'atteint de skyzophrénie ?

A la poursuite du Bien-Aimé
l'humain crie désespéré
« pourquoi existent ces souffrances ?? »
Alors même qu'il les engendre

Laissez vous emporter par l'amour
Avant que ne survienne la mort
Car il est vrai qu'on a qu'une vie
Autant faire des actes jolis

La puissance fondamentale
De la vie n'est autre que l'amour
D'ou vient le côté obscur, le mal ?
A coup sûr de l'oubli de cet atout

Atteind, blessé par cette noire mélancolie
Dans la solitude je me suis mit à boire
Le cœur déchiré par cette triste vie
Me demandant si il reste encore un espoir

A quoi bon punir sévèrement ?
Quand on veut que Dieu soit miséricordieux 
Le karma se charge des méchants
Laissons donc ces personnes justes odieuses

La société essaye de se faire passé
Pour ce qu'elle n'est ni sera jamais
Elle voudrait être Dieu pour pouvoir contrôler
La vie des gens et leur destinée

Restons ensemble solidaires
Combattons le racisme
Avant le cataclysme
Car nous sommes tous de la même terre

Et quand nous prend ce terrible Ennui
Qui donne envie de mourir
Pourvu que l'esprit s'enfui
Dans l'imaginaire et le rire

Il fut un temps ou régnait
La sagesse des anciens
Aujourd'hui elle est bien éloigné
Voilà pourquoi c'est bientôt la fin

Repentons nous tous par conséquent
Nous sommes vraiment dans l'égarement
Du capitalisme à outrance
malgrès toutes les apparences

Ô amour, j'aimerais pouvoir te demander
De toujours me bercer de tes illusions
De continuer à rester à mes côtés
De toujours rester avec moi en fusion

Ô Amour, mon cœur bat vraiment férocement
Lorsque je me souviens des moments passés
Lorsque cette si belle nostalgie me prend
Je sent mon âme, mon cœur comme vacillé

Emporter par cette infinie vague d'amour
Je me laisse submerger de toutes parts
Je me demande en rêvassant si un jour
On prendra conscience avant qu'il ne soit trop tard

Pourquoi devrions nous nous en faire
Nos vies ne sont qu'éphémère
Mais nous vivons pour l'éternité
La vie est illimitée

C'est pourquoi le sage privilégie le calme
Médite sur son mental
être humble et tranquille pour éviter le mal
Voilà le voyage astral

Parvenir à la réalité
C'est comme être toujours émerveillé
être vrai, naturel, spontané
être sympathique et reposé

La voie, malgrès une extrême simplicité
Est incomprise par les puissants
qui lui préfèrent le pouvoir, l'argent
Mais voici, il faut juste tout partagé

Le sage de son côté préfère l'obscurité
Vivre dans la pauvreté
La simplicité, sans chercher la renommée
En soi un sage est caché

Mettons nous donc à le rechercher
Pour que les êtres, apaisé
de la douleur, de la cruauté
puissent enfin trouver la paix

Voici donc venu la fin des temps
Suivons le comportement
Des gens cool, les justes, les vrai
Comme ne pas avoir un cœur mauvais

Par notre manque de sagesse
Avant qu'il ne soit trop tard
Soyons la gentillesse
Devenons de meilleurs avatars

Les yeux obnubilé par les textes sacrés
On oublie l'essentiel
Il faut d'abord dans un miroir se regarder
Puis se tourner vers le ciel

L'enfer c'est de prendre conscience de nos erreurs
Ainsi que nos manières d'être
Il est certain que vous prendrez peur
On préfère souvent à l'être le paraître

Mais n'oublions pas que Dieu est miséricordieux
Donc ne nous inquiètons pas
Tâchons d'agir, de faire et penser de notre mieux
Afin d'honorer Cela

Être simple et très généreux
être doux et bienveillant
aimer, vraiment être pardonneur
c'est la sagesse d'antan

La gentillesse fait refléter le divin
Par la méditation on atteint la paix,
La sagesse, le calme, vide et respect
De tous mais pas le notre on recherche le gain

Voici donc la fin de ce livre
On en a très vite fait le tour
de ses paroles il faut être ivre
C'est la sagesse, la voie, l'amour

_________________
La force fondamentale de la vie c'est l'Amour
avatar
Admin
Messages : 54
Date d'inscription : 20/07/2017
Age : 15
Localisation : Le Havre (FR)

~ ~ ~
Ce membre est: Proche du Zhuangzi
Voir le profil de l'utilisateurhttp://taoisme.forumactif.com

Re: Les Oeuvres des Membres

le Dim 27 Aoû - 14:44

Merci pour ton partage mon ami Wink , je continue ton élancée avec 4 de mes écrits :


" Rien là bas
Rien là haut
Tout est là
Dans le flot "
-
" Tout est soi
Et je suis toi
Tu vie à faire vivre
Tu souffres à faire souffrir
Car la flèche de Yi atteint la personne
Comme ceux qui l'entoure
Car Écho répondit à Écho
Comme Narcisse s'admira dans l'eau
Car la foudre courant vers la terre
S'en retourne de suite vers le ciel "
-
" En haut des monts
S'exprime un son
S'abaissant et s'étendant
Jusqu'à devenir terre et vent
Pour lui, les vallées se muent en sœurs
Ainsi oui, le rêveur suit son cœur
Mais les cieux support arrivent
Désormais, tout écoute la rive "
-
" Tout est le flux
Et rien est le flux
Tout est ce qui n'est pas
Et rien est ce qui est
Existence et non-existence n'existent pas ".

_________________
"Le vent roule sur la mer, on rit. Le feu glisse dans l'air, on vit.
Le flot des mutations coule, on passe pour trépasser. La voie est suivie et je m'en saoule, on rêve de la vérité."


- VIVRE IVRE, CAR IVRE DE VIVRE -
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum